8 conseils pour être un bon éco-citoyen

Je choisis mon mode de transport en connaissance de cause

L'avion mérite d'être évité sur de courtes et moyennes distances (300 à 700 km), car le décollage et l'atterrissage sont très gourmands en kérosène. Le train est le mode le moins dangereux et de beaucoup le moins polluant.

J'évite la climatisation

C'est un luxe qui coûte cher. Elle contribue d'autant plus à l'effet de serre, à cause des fuites du fluide frigorigène et de la surconsommation de carburant lors de son fonctionnement. Je fais de l'ombre, dans tous les cas, et pour rafraîchir l'intérieur du véhicule, penser à fixer des pare-soleil pendant le stationnement et à ouvrir les fenêtres avant de partir. Si, en plein été, un long trajet se profile, il est bon d'éviter les heures “chaudes”.

Je roule tranquillement 

Je maîtrise mes pulsions au volant. Une conduite agressive peut augmenter la consommation de carburant de 40 %, soit 4 litres environ de dépense inutile pour 100 km et en limitant ma vitesse. Les limitations de vitesse réduisent les consommations d'énergie, les émissions de CO2 et les risques d'accident : trois bonnes raisons de les respecter.

Je respecte la faune et la flore

Toute plante, tout animal, même les plus banals, ont un rôle à jouer dans la nature. C'est pourquoi il ne faut pas leur nuire (cueillir des fleurs protégées, déranger les animaux dans leur environnement, graver sur les écorces des arbres, ...).
La nature est fragile, le minimum est de suivre à la lettre la réglementation mise en place. Les chemins balisés, propices aux balades à pied ou à VTT, doivent être empruntés.

Je préviens les incendies

Le feu, qui se propage très vite dans une forêt (surtout quand il y a du vent) provoque des dégâts considérables sur l'environnement, il est impératif d'être vigilant (cigarette, bouteille en verre...).

Je préserve les milieux aquatiques

J'évite de piétiner le fond ou de remuer la vase, de déplacer des cailloux ou d'arracher les plantes, pour ne pas troubler tout un écosystème et en me conformant aux réglementations, notamment par rapport à la pêche de certaines espèces en certaines quantités.

Je ne laisse pas de déchets derrière moi

Il convient de respecter le lieu que l'on visite : il n'est pas correct de laisser derrière soi ses déchets, quels qu'ils soient. Certains pays ne disposent pas d'infrastructures pour éliminer convenablement les déchets : il vaut mieux dans ce cas repartir avec ceux qui sont non destructibles (sacs plastique, piles, batteries...).

J'économise l'eau

Elle est une denrée précieuse. L'eau potable est parfois très rare dans certains pays : il faut l'utiliser avec modération, notamment pour la toilette.
Un touriste dans un hôtel en Afrique consomme 7 à 10 fois plus d'eau pour se laver qu'un habitant local pour arroser son champ et nourrir sa famille.

Hôtel de ville, 1 place Général de Gaulle

59960 Neuville en Ferrain

Téléphone : 03 20 11 67 00 - Fax : 03 20 11 67 22

Vous pouvez imprimer la page en cliquant sur le bouton ci-dessous ou en utilisant la fonction d'impression de votre navigateur (CTRL+P)